Mon nouvel ensemble appâts naturels

Par la force des choses, suite à la casse de ma canne lors d’une glissade, il me fallait trouver au CNPL une nouvelle canne pour la pêche aux appâts naturels.

J’avais déjà ciblé quelques marques et modèles mais le salon aller me permettre de pouvoir les prendre en main et ainsi de figer mon choix.

Au terme de discussions passionnantes avec les acteurs du secteur (Pierre Sempé, Laurent Jauffret, Marc Delacost,…) j’ai finalement craqué pour le modèle HYTFTC03, de la série Trout force de la marque Hearty Rise.

20180204_151759-6.jpg

Derrière cette dénomination un peu barbare, il faut comprendre qu’il s’agit d’une canne en 3 brins d’une longueur de 3,53m, développée par le très populaire et très sympathique Laurent Jauffret, le tout avec des matériaux à la pointe de la technologie.

Ce petit bijou est équipé d’anneaux FUJI haut de gamme, d’une technique de tissage multi- angulaire des fibres de carbone lui garantissant un gain de résistance et de résonance, une magnifique poignée en liège, un porte moulinet à bagues PAC BAY,…le tout pour un poids de 149g et un position sur le marché (moins de 300€) qui en fait un excellent rapport qualité/prix.

20180112_182208-65

Il me fallait également lui associer un moulinet digne de ce nom mais une partie du budget étant déjà parti dans la canne il me fallait être précis dans mon cahier des charges.

Dans mes critères, je recherchais un moulinet d’une marque réputée (Shimano ou Daiwa), à moins de 100€, d’une taille de 2000, d’un poids inférieur à 230g, et si possible avec une bobine de faible capacité.

C’est pour ces raisons que je me suis orienté vers le moulinet NASCI de chez SHIMANO, modèle 2000HGS. Le positionnement de cet équipement est assez intéressant car il permet de franchir le cap avec les moulinets d’entrée de gamme puisqu’il embarque les nouvelles technologies de ses grands frères pourtant nettement plus chers.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors pourquoi avoir choisi un moulinet avec ces caractéristiques ?
Je vais vous présenter mon approche mais il n’y a pas vraiment de règles et d’autres pêcheurs auront des ensembles totalement différents mais qui leur correspondent davantage.
Bon pour la marque et le budget, là nous sommes clairement dans le subjectif et j’aurais très bien pu partir sur un moulinet d’une autre marque à moins de 50€, mais je souhaitais avoir un ensemble cohérent.
Arrive ensuite la taille du moulinet et quelques part également le poids qui lui est directement associé. Beaucoup pêchent avec des petits moulinets de taille 1000 voir même 500 mais j’ai déjà essayé cette taille et je n’ai pas été convaincu car à force d’être stocké sur une bobine de faible diamètre, l’effet mémoire du nylon le rendait inutilisable.
Pour le poids, il me fallait quelque chose de raisonnable (inférieur à 250g) mais la canne étant équipée de bagues permettant de positionner le moulinet sur toute la longueur de la poignée, l’équilibrage n’est pas spécialement critique.

20180204_152605-7

J’ai d’ailleurs fait comme beaucoup une photo de la canne équipée du moulinet pour vous indiquer son positionnement pour avoir un équilibrage parfait, cependant je trouve cette approche totalement fausse car « normalement » nous ne pêchons pas avec la canne à l’horizontal, mais plutôt entre 60° et 75°, donc j’aurais tendance à reculer encore davantage le moulinet pour ne pas me fatiguer le poignée lors des dérives qui se succéderont durant ma journée de pêche.

Ce moulinet est équipé d’une bobine de type shallow, qui signifie à faible capacité (ou contenance). Pêchant avec des diamètres de fils de l’ordre de 14 à 16 centièmes, habituellement il nous faut rajouter une sorte de backing pour remplir le moulinet. Ici, je ne vais pas me poser de question et vider les 100m de nylon directement sur la bobine et le moulinet devrait être parfaitement garnie.

Côté petit matériel, rien de bien nouveau.
Je suis reparti sur un nylon en 14 centième bicolore de chez Sempé, des petits rigoletto d’une couleur bien flashy et des hameçons sans ardillons.

20180204_151553-4

Il n’en faut pas beaucoup plus pour pratiquer la pêche aux appâts naturels et c’est en partie pour cela que j’adore cette technique qui malgré tout nous réserve son lot de subtilités.

Allé, plus que 5 semaines et on pourra essayer tout ça 😉

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s