Semelles feutre ou vibram ?

Une fois de plus, comme pour les cannes, les soies, les gilets,…il n’existe pas de chaussures de wading « universelles » qui couvriront la totalité de vos besoins. Tout est donc une question de compromis mais également d’éthique.

L’enjeu dans le choix d’une paire de chaussures de wading, et plus particulièrement de ses semelles, et de choisir entre adhérence, résistance et risque de prolifération de pantes invasives et de bactéries.

Vibram

simms-vibram-streamtread-2.jpg

Ce type de semelle vous apportera l’optimum en terme de polyvalence car elles bénéficient d’une relativement beau approche pour les phases de wading et elles sont suffisamment robuste pour les longues phases d’approche.

Pour les pêcheurs qui voyagent beaucoup, notamment à l’étranger, les semelles vibram sont indispensables.

Feutre

12022-042-freestone-boot-felt_342_detail.jpg

Les semelles feutres vous scotcheront littéralement au lit de la rivière et vous pourrez galoper sereinement sur les rochers sans risque de glisser. En revanche, si vous ne mettez pas ou suffisamment de clous, les chutes seront fréquentes sur l’herbe ou dans la boue. Leur longévité sera nettement réduite si vous marchez beaucoup, donc ce paramètre est également à prendre en compte.

Vous me direz donc que le choix est tout trouvé, et qu’elles sont suffisamment polyvalente pour votre pratique mais il faut avoir en tête le gros point négatif de ce type de revêtement qui est le risque de propagation des pollutions (plantes, bactéries,…).

Si vous avez du mal à vous décider, optez pour un concept qui demande à faire ses preuves mais qui je pense à de beaux jours devant lui est celui proposé par les marques Korkers et Hodgman.

Le principe est basé sur une chaussure « standard » à laquelle il est possible d’adapter les semelles en fonction de parcours (feutre, feutre + clous, vibram, vibram + clous). Le must est même de pouvoir faire la phase d’approche, parfois longue, avec une semelle Vibram puis ensuite une fois au bord de l’eau de passer en mode feutre cloutée. Pour les puristes, il est même possible d’avoir autant de semelles que de cours d’eau pratiqués avec la possibilité d’inscrire leur nom dessus. Cette vidéo de promotion du produit sera nettement plus explicite que mes explications 😉

Pour ma part, je me dit que plus les équipements sont simple et mieux ils tiendront dans le temps, donc pour l’instant j’attend les retours d’expériences et les évolutions à venir sur les produits mais j’ai longtemps hésiter devant leur stand au SANAMA l’année dernière.

Il faut savoir que dans certains pays les semelles en feutre sont tout simplement interdite, et il y a du sens à ce que le principe s’étende peu à peu aux pays voisins, compte tenu du nombre croissant des pollutions et des différentes agressions sur le milieu aquatique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s