Session club au parcours des Fontaines

Comme chaque années, le rendez-vous était pris pour une sortie au parcours des Fontaines histoire de sortir le matériel avant l’ouverture, bien que certains n’ai pas réellement fait de pause durant la période hivernale.

Donc au menu, une petite gelée matinale (-1°C) mais des températures printanières tout le reste de la journée favorisant les éclosions en début d’après-midi.
L’année dernière, je m’étais contenté de pêcher les canaux toute la journée, mais cette année puisque je me suis équipé d’une canne pour pratiquer la pêche en réservoir (une 9 pieds soie de 7), je m’étais organisé pour pêcher les canaux le matin et les réservoirs l’après-midi.

Par rapport à l’an dernier, le niveau et le débit des canaux est plus faible, et nous trouvons qu’il y a nettement moins de poissons. Du coup, les présentations sont compliquées sans compter que les poissons sont super méfiants.

Après plusieurs refus sur des mouches en 16 et du nylon en 14°°, je décide de tout descendre d’une taille (mouche 18 et fil 12°°). Je commence à faire bouger quelques poissons mas ils sont vraiment compliqué. Il va falloir que je la joue fine et descend encore d’une taille avec des mouche en 20 et un nylon en 10°°.
A présent, peu importe la mouche, je parviens à mettre au sec quelques poissons.
J’ai utilisé en priorité, des nymphes type phaesant tail, oreille de lièvre, nymphe vernis en quill de paon,…bref les incontournables.
Je ferai monter quelques poissons en sèche toujours sur des petites mouches type shuttlecock ou klinkhammer.

A l’heure de la pause (apéro) repas, même si il ne règne pas d’atmosphère de compétition, je me rend compte que finalement mon bilan n’est pas mauvais puisque certain n’ont toujours pas ouvert leur compteur.

Je range donc ma canne rivière pour passer en mode réservoir, histoire de tester quelques streamer fraichement montés.
Les truites marsouines et sont compliquées à intéresser, mais c’est finalement sur du blanc et du orange que je prendrais du poisson.
C’est une sensation bizarre de sentir une lourdeur dans la ligne lorsque la truite se ferre toute seule.
Je toucherai un poisson de plus de 50cm qui m’auras donné du fil à retordre pour le mettre à l’épuisette, avec ses nombreux rush une fois prêt du bord.

En synthèse, encore une bonne journée pour mettre en pratique toute la théorie que l’on peut voir si le net, les magasines,…et le tout avec le beau temps et les collègues…Vivement l’année prochaine.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s