Réassort écologique ou comment devenir apprenti tanneur !

J’ai la chance d’avoir dans mon entourage quelques chasseurs à qui j’ai passé commande en début de saison histoire de m’approvisionner en poils et autres plumes pour le montage de mes futures mouches artificielles.

J’ai  déjà récupéré un faisan et mon oncle m’a également apporté une belle pièce de chevreuil (40x30cm).
Je trouve que c’est un moyen écologique et économique de reconstituer son stock de matériaux.

Par contre comment procéder lorsque l’on reçoit une partie d’un animal sauvage ?
Pour les faisans, perdrix,… rien de plus simple, il suffit d’arracher les plumes et de sélectionner les plus jolies et les plus calibrées pour nos futures montages.
Pour les peaux « fines » telle que le lièvre, un simple salage suffit.
Mais pour les peaux de chevreuil c’est une autre histoire.

L’enjeu est de les traiter pour éliminer tous les parasites qui s’y cachent et pouvoir ainsi la conserver dans le temps.

Pour cela, rien de mieux que le tannage.
Je vais donc vous raconter ma maigre expérience dans le domaine mais qui m’a apporté un résultat très satisfaisant à condition d’être patient.

Tout d’abord, il faut préparer la peau en la débarrassant de ses résidus de chairs. Pour cela, il faut la frotter énergiquement avec du vinaigre blanc.

Viens ensuite l’opération d’épouillage qui consiste à supprimer les parasites en mettant à tremper la peau pendant au moins 48 heures dans une solution à base d’eau et de vinaigre blanc. Une bonne base en terme de proportions est de considérer une solution de 10 litres composées de 9 litres d’eau pour 1 litre de vinaigre blanc.

Après avoir rincé la peau à l’eau claire, mettre la peau dans une nouvelle solution composée de 9 litres d’eau, 1 kilos d’alun de potassium et 500 grammes de gros sel.

L’alun de potassium est un agent chimique qui sert à floculer l’eau, c’est à dire à agglomérer les toutes petites particules en plus grosses qui restent prises au piège. De plus, il a un effet bactéricide. L’alun de potassium se trouve en pharmacie à environ 5€ les 250g.
Il faut immerger la peau pendant une dizaine de jours dans ce mélange et la retourner à mi-traitement. Pour immerger une peau de chevreuil qui est un vrai flotteur, j’utilise un poid assez lourd pour garantir sont maintiens sous l’eau.

La dernière étape est le séchage. Après avoir abondamment rincé la peau, il suffit de la clouer sur une planche, face cuir vers l’extérieur.
La peau est alors recouverte d’une épaisse couche de gros sel et mise dans un endroit aéré.

Au bout d’un dizaine de jour, l’ensemble peut être retiré et brossé à l’aide d’une brosse métallique pour retirer les derniers résidus.

Ça y est, le peau est prête pour le montage de vos futures mouches. L’avantages d’avoir une grande pièce est de pouvoir choisir la couleur des poils utilisé.

 

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Tightline dit :

    Salut Laurent et bonne année 2016!!!!
    Alors ça monte dure 🙂 ? tu remplis les boites ?
    Grosse bises a Laurence et a la famille de notre part.
    Bye
    Ju

    J'aime

  2. Salut Ju,
    Tous nos voeux également pour cette nouvelle année !
    Côté montage, les boites commencent à prendre forme principalement du côté des nymphes.
    Faut dire qu'avec uniquement la phaesant tail j'ai déjà pas mal de variante à monter en jouant sur la taille de l'hameçon, de la bille, du spot devant/derrière, et le tout en 3 modèles.
    Ca occupe pas mal.
    Et toi, ça monte dur aussi en ce moment ?
    @ bientôt

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s